Bernie Sanders, ce jeune candidat de 74 ans

Sénateur du Vermont (Nord Est des Etats-Unis), Bernie Sanders est candidat à la primaire démocrate, contre Hillary Clinton. Énergique et atypique, ce « socialiste » est très populaire auprès des jeunes mais aussi des plus vieux. Il conquiert pas à pas de plus en plus d’Américains. Lors du caucus de l’Iowa (sorte de réunion où les participants, de simples citoyens ou des membres du parti, choisissent leur candidat favori), Bernie Sanders a certes perdu d’un petit écart, mais a tout de même raflé, chez les moins de 30 ans, 84% des suffrages.

Sanders jeunes
@pinterest

Son atout, c’est son sens de l’écoute. Il prend le temps d’écouter les jeunes, leur colère et leurs revendications. Dans un pays où aller à l’université signifie s’endetter sur trente ans, où de nombreuses familles peinent à joindre les deux bouts mais où les super-riches se pavanent de Hollywood à la 5ème Avenue, Bernie Sanders prône une révolution politique, une société plus égalitaire et c’est ça qui plaît à la nouvelle génération. Sanders veut taxer les multinationales, les plus riches, rendre la santé et les universités gratuites, instaurer un congé maternité payé de trois mois, un salaire minimum de $15/heure et combattre le changement climatique. Ne plus avoir à choisir entre ses études ou un appartement, entre fonder une famille ou vivre confortablement, c’est ce que ses électeurs veulent. Sanders alarme : la génération Y vivra moins bien que leurs parents.

Sanders est honnête. Ses supporteurs le voient plus proche des gens qu’Hillary Clinton, qui représente l’establishment. Sanders dénonce le poids des lobbys, qui peuvent injecter de l’argent en masse dans les campagnes électorales. Il dénonce une démocratie où pour être élu il faut être riche ou plaire à la finance. Pour lui et bon nombre de ses supporteurs, le système américain s’effondre, la démocratie se perd. Sanders est financé par de modestes chèques de particuliers, des dons d’en moyenne $30 et aboutissent à plusieurs millions. Il peut mener une campagne sans avoir de comptes à rendre. Une révolution.

Sanders
@popherald

Sanders est nouveau. Activiste dans sa jeunesse, il a participé aux combats de Martin Luther King, Jesse Jackson, il se bat avec les mêmes convictions depuis ses vingt ans, mais contrairement à Hillary Clinton, il ne s’est jamais présenté aux primaires. Il est certes Sénateur, mais est resté inconnu au niveau national jusqu’à ces élections. Hillary Clinton fait partie du paysage politique depuis les années 1990, quand elle entre à la Maison Blanche en tant que Première Dame. Bernie Sanders, à 74 ans, renouvelle le monde politique américain.

Sanders est réaliste. Il n’a pas peur des immenses chantiers qu’il veut entreprendre pour réformer son pays. En écho au « Yes we can ! » de Barack Obama, en 2008, ses partisans croient fermement en Sanders et à l’unité des Démocrates et des Américains pour travailler à ces réformes. Quand Clinton essaie de convaincre que cette série de mini-révolutions est impossible, eux pensent qu’en travaillant ensemble, ils reconstruiront l’Amérique. Il n’est pas Hercule, mais il est perçu comme le moteur qui amorcera le changement.

Sanders NYTimes
@NYT

Son slogan de campagne : « A future to believe in » (un future auquel croire) s’ajoute aux interjections récurrentes dans ses discours : « Enough is enough ! » (trop c’est trop), « Healthcare is a right, not a privilege » (la santé est un droit, pas un privilège) ou « We will invest in education, and jobs for our kids, not in incarceration and more jails » (Nous investirons dans l’éducation et dans des emplois pour nos enfants, pas dans l’incarcération et plus de prisons). Les slogans de ses partisans : #FeelTheBern.

Sanders, cheveux blancs et lunettes, répond aux journalistes sans embarras, il mène une campagne honnête, ne cherche pas à faire des coups bas à ses adversaires, ne répond qu’aux questions « sérieuses ». On pourrait croire que mener une telle campagne signifie forcément la perdre, mais non, Sanders est bien lancé. Il réduit son écart face à Clinton au niveau national. Il est l’antithèse de Trump. Il défend les jeunes, les vieux, les minorités, il apparaît comme le candidat universaliste, pro-Européen, il veut un pays juste. Il est présent sur tous les fronts, y compris sur les réseaux sociaux – Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat et Reddit. Il sait qui il lui faut pour réussir : des volontaires geeks s’occupent de sa campagne mais aussi de vrais pros, anciens de Barack Obama. Ils relaient les slogans, créent des sites interactifs pour présenter les idées du candidat et mieux les diffuser. Ses fans inondent les réseaux sociaux, comme Barack Obama en 2008. La Sandersmania est bien là.

Sanders technophile NYtimes
@NYT

Mais les tests décisifs seront les 20 et 27 février, au Nevada et Caroline du Sud respectivement, où il y a une forte concentration de la population Noire et Latino. Le Vermont est l’état le plus blanc des États-Unis et Hillary Clinton semble pour l’instant séduire les minorités plus que Sanders. Mais lui ne perd pas espoir et estime que son programme – diminuer les inégalités, un accès plus facile à l’éducation supérieure et un système carcéral moins dur et plus de réinsertion – pourrait séduire ces minorités, discriminées quotidiennement.

À 74 ans, si Sanders remporte les primaires et s’il remporte les élections en novembre, il deviendra le Président américain le plus vieux de l’Histoire. Mais il serait peut-être le plus socialiste des Présidents, au pays de Wall Street et du maccarthysme.

Sanders bus NYTIMES
@NYT

J.C.

image en une : @businessinsider

Publicités

2 réflexions sur “Bernie Sanders, ce jeune candidat de 74 ans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s