Maisons de couture : Yves Saint Laurent

Véritable légende du XXème siècle, Yves Saint Laurent est un pionnier de la mode androgyne. Zoom sur le parcours d’un homme qui a changé la façon d’habiller les femmes.

20096
@Dafont

Yves Saint Laurent, la naissance d’une légende

Né en 1936 à Oran, en Algérie, Yves Saint Laurent a commencé très tôt sa carrière dans le monde de la mode. D’abord repéré par Michel de Brunhoff, le directeur du magazine Vogue, Yves Saint Laurent est mis en relation avec Christian Dior, qui l’engage. Il est alors le seul assistant du grand Christian Dior. Il devient vite essentiel à la maison de couture puisqu’il dessine et supervise la création de nombreuses collections de la marque. À la mort de Christian Dior, en 1957, Yves Saint Laurent porte la lourde responsabilité de faire vivre la maison de couture. C’est en 1958, à 21 ans, qu’il triomphe avec la ligne Trapèze, qui privilégie la simplicité.

Malheureusement, il est appelé à combattre lors de la guerre d’Algérie et en ressort changé : à son retour, il souffre d’une grave dépression nerveuse et son contrat avec Dior est rompu en 1960.

Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, l’amour de sa vie, décident alors de créer leur propre maison de couture : Yves Saint Laurent. Saint Laurent s’occupe de la création et Pierre Bergé, du management de la marque. Déjà connu pour s’être occupé de la carrière du peintre à succès Bernard Buffet, Pierre Bergé aide son amant à faire décoller sa carrière.

Une véritable success story

Le 29 janvier 1962, les deux hommes présentent leur première collection à l’hôtel Spontini de Paris. Yves Saint Laurent y établira ses quartiers jusqu’en 1974, avant de déménager au 5 rue Marceau.

IMG_3446
La robe exposée à Amsterdam – Crédit photo : Camille Bronchart

Avec ses marinières, cabans, cuissardes et tailleurs, cette première collection est un véritable succès. Nadine Lieber, alors journaliste pour Life Magazine considère même les tailleurs d’Yves Saint Laurent comme « les meilleurs depuis Chanel ».
Mais la success story ne s’arrête pas là. Lors de son défilé Printemps/Été 1965, Saint Laurent fait sensation avec la collection des robes Mondrian, pièces emblématiques du couturier. Aujourd’hui, un de ces modèles est exposé au Rijksmuseum d’Amsterdam. Son idée est pourtant simple : transposer un tableau de Mondrian sur une robe trapèze.  Avec cette robe, Saint Laurent démocratise l’art et montre que la mode et l’art ne sont pas incompatibles.

 

Lors du défilé Automne/Hiver 1966, c’est le smoking, pièce phare du créateur, qui est à l’honneur. Décliné sous toutes ses formes : smoking pantalon, jupe, bermuda… Il sera présent sur tous les défilés de la maison de haute-couture. Ce qu’Yves Saint Laurent aime, c’est la tendance androgyne, et il la représente à l’aide de pièces masculines qu’il féminise. En 1968, il crée une nouvelle fois la stupeur avec l’apparition de sahariennes sur le catwalk : il souhaite ouvrir la mode à tous les styles en représentant les tendances qui se manifestent dans la rue.

« L’enfant chéri de la mode », comme il est surnommé par la presse, lance en 1976 sa ligne Opéra Ballet Russe, une des collections les plus luxueuses jamais vues. Son inspiration lui vient de Russie et de Chine et les pièces de cette ligne sont constituées de matières nobles, de bijoux en or et en argent, de pierreries multicolores et de fourrures. La clientèle afflue du monde entier.

De la haute-couture… Au prêt-à-porter

À la fin des années 60, 80% des françaises s’habillent dans le prêt-à-porter et on assiste à un déclin de la haute-couture. Les couturiers savent qu’ils doivent, à leur tour, se lancer dans le prêt-à-porter s’ils veulent continuer à séduire les femmes. Saint Laurent ne déroge pas à la règle, et en 1966 il se lance à son tour dans le prêt-à-porter en ouvrant sa boutique indépendante, SAINT LAURENT Rive gauche. Ce qu’il veut, c’est offrir à toutes les femmes la possibilité d’avoir accès à la mode. Le couturier estime alors accorder autant, voire plus d’importance au prêt-à-porter qu’à la haute-couture. Le succès ne se fait pas attendre et « l’enfant chéri de la mode » ouvre d’autres boutiques, dont une à New York en 1968. Fort de ce succès, il lance ensuite la collection SAINT LAURENT Variation, encore plus accessible, puis une ligne pour homme, avant de se lancer dans les parfums et le maquillage. Il est alors à la tête d’un véritable empire.

Mondriaanmode door Yves St Laurent (1966)
@Wikipedia Commons

Yves Saint Laurent, le réformateur

Yves Saint Laurent n’a jamais été un créateur comme les autres, il n’a pas peur de choquer ou d’offusquer. Il se moque des codes de la mode et veut faciliter la vie des femmes.

En 1971, après des années de succès, il fait scandale à cause d’une de ses collections, qui n’est pas sans rappeler les années de l’Occupation. En effet, les épaules carrées des manteaux, les robes à pinces ajustées et les robes qui paraissent étriquées à cause du tissu rationné en sont directement inspirées. Cela ne passe pas, les français n’ont pas encore digéré cette période de l’Histoire française. Pourtant, il avait vu juste. Les françaises en ont marre des tendances futuristes des années 70 et commencent à se tourner vers les vêtements vintages pour s’habiller.

Yves Saint Laurent a un idéal esthétique de la femme bien précis : silhouette longilignes, jambes longues et peu de poitrine. C’est cet idéal qu’il tente de mettre en valeur. Il est à l’origine, au fil des saisons, d’une garde-robe « parfaite », dite classique, dont les pièces sont intemporelles et qui répond aux besoins des femmes. Avec ses vêtements féminins fonctionnels, qui assurent une liberté égale pour les femmes et pour les hommes, Yves Saint Laurent crée l’uniforme de la femme active. Smokings, cabans, marinières, tailleurs pantalons : tous sont entrés dans le dressing féminin.

« Chanel a donné la liberté aux femmes, YSL leur a donné le pouvoir » Pierre Bergé

Certaines de ces pièces jouent sur la transparence et montrent qu’un smoking peut être aussi sexy qu’une robe. Yves Saint Laurent masculinise le dressing féminin et féminise le dressing masculin.

Enfin, Saint Laurent introduit l’art dans la mode. Dans ses créations, on retrouve tantôt un hommage aux auteurs, comme Proust, tantôt à des peintres tels que Picasso et Van Gohg.

Saint Laurent Paris, le renouveau…

En 1998, Yves Saint Laurent abandonne définitivement le prêt-à-porter pour se concentrer sur la haute-couture et est Albert Helbaz prend la direction du prêt-à-porter femme et Hedi Slimane celle de l’homme. Ils seront tous deux remplacés par Tom Ford, lors du rachat de la marque par François Pinault, puis par Stefano Pilati en 2004. En 2012, Hedi Slimane revient au bercail, prend la direction du prêt-à-porter masculin et féminin et renomme la marque Saint Laurent Paris.

Lorsque François Pinault devient propriétaire, Yves Saint Laurent et Pierre Bergé conservent le contrôle total de la partie haute-couture de la marque. En 2002, Yves Saint Laurent présente sa dernière collection de haute-couture au Centre Pompidou de Paris, une sorte de rétrospective de son œuvre. Personne ne lui succèdera. Désormais, il ne reste plus que Saint Laurent Paris prêt-à-porter.

En 2002, Pierre Bergé crée la fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, dont la mission est de garder les archives de la marque. Près de 5 000 vêtements haute-couture, 150 000 accessoires et de nombreux croquis sont conservés. La Fondation organise très souvent des rétrospectives sur le travail d’Yves Saint Laurent, par exemple en 2010 au Petit Palais de Paris, en 2011 à Madrid ou encore à Denver en 2012.

En 2009, la mode a perdu, en Yves Saint Laurent, un révolutionnaire de la haute-couture et du prêt-à-porter. Yves Saint Laurent n’était peut-être pas éternel, mais sa marque, elle, le sera.

Camille BRONCHART

6 réflexions sur “Maisons de couture : Yves Saint Laurent

  1. Article très instructif. Je conseille également les deux films qui ont été fait sur YSL, les deux ont leur qualités respectives et se complètent à mon sens. Les comédiens choisis dans les deux cas, sont remarquables. Yves Saint Laurent a posé les bases d’une maison qui durera encore des siècles sous son impulsion et son influence. YSL est mort, vive YSL.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s