Mika, « Hurts » : le clip qui dénonce le harcèlement scolaire

Vendredi 5 février, Mika présentait le clip de la version remixée de Hurts, morceau issu de son dernier album No Place in Heaven. L’occasion pour lui de mettre sa musique au service d’une lutte qui lui tient à cœur, le harcèlement scolaire.

« Say it’s only words and that it will get easier with time » (« Tu dis que ce ne sont que des mots et que tout sera plus simple avec le temps. »)

« Nothing’s only words », explique le chanteur britannico-libanais, littéralement « rien ne se résume à des mots. » Des mots qui blessent des milliers d’élèves chaque jour, dans les écoles, les collèges, les lycées. Et ça, Mika ne le supporte pas. Dans le clip du remix officiel de Hurts, il s’attaque au sujet difficile du harcèlement, de l’humiliation et de l’homophobie à l’école. Le titre, choisi comme single sur le marché italien, fera partie de la bande originale du film Un Bacio (Un baiser), à découvrir dans les salles italiennes à partir du 31 mars. Dans la bande-annonce du film, trois ados font face aux problèmes de l’adolescence, notamment l’homosexualité et la violence de leurs camarades de lycée. Un trio qui rappelle un peu celui de Logan Lerman, Emma Watson et Ezra Miller, tous époustouflants dans Le Monde de Charlie (The Perks of being a Wallflower).

Avec Hurts, Mika souhaite faire prendre conscience à son public du risque de harcèlement que chaque enfant courre à un moment ou un autre de sa vie. En France, 700 600 élèves, de l’école au lycée, sont victimes de harcèlement et un écolier sur cinq confronté au cyber-harcèlement. « Rien ne se résume à des mots, explique le chanteur dans la légende YouTube du clip. Les mots sont toujours très importants, très puissants. Le souvenir de ce que nous avons ressenti quand nous avons entendu ces mots blessants demeure éternellement. » Les trois premières secondes peuvent suffire à faire comprendre au spectateur le genre de clip qu’il s’apprête à découvrir. Mika, devant un mur d’insultes en italien, en anglais et en français, entend la cloche qui annonce le début des cours sonner. Et le cauchemar commence.

« I can’t stop hearing all the words you said, that’s how hearts get hurt »

Le clip n’est pourtant pas traumatisant, à première vue. Loin de ressembler à College Boy de Indochine où un gamin est crucifié, la vidéo présente simplement le difficile quotidien de trois élèves. Trois ados qui subissent tous un harcèlement. Entre celui dont le sac est tagué d’un « pédé »frocio »), l’autre qui se fait bousculer par ses camarades et celle qui finit par quitter le lycée de rage, le clip aborde plusieurs situations, certes différentes mais toutes révoltantes. Le clip n’a pas pour but de faire pleurer dans les chaumières, mais de montrer la réalité scolaire. « Je n’arrête pas d’entendre tous ces mots que tu as prononcés, c’est ainsi que des coeurs sont blessés », chante Mika, la tête dans les mains.

Rimau Grillo Ritzberger, Valentina Romains et Leonardo Pazzagli sont stupéfiants dans le rôle d’adolescents humiliés. La rage, la bravoure et surtout, la fierté qui découlent d’eux sont une promesse d’avenir plus reluisant pour chaque personne dans une telle situation. Leur solidarité à la fin peut paraître utopique, mais rappelle surtout une chose essentielle : ensemble, il est possible de s’en sortir. Le clip, réalisé par Ivan Controneo, est à la fois glaçant et plein d’espoir. Une dualité étrange, tout aussi étrange que ce refrain qui peut paraître presque joyeux, si on ne comprend pas les paroles. Toujours avec ce côté pop si caractéristique de Mika, le remix donne presque envie de danser. 3 minutes 30 déconcertantes qui appellent à la tolérance, à la non-discrimination et au respect de tous.

Mika-hurts-remix
Trois jeunes acteurs prometteurs qui dépeignent avec brio une réalité à laquelle des milliers de jeunes sont quotidiennement confrontés. (@Infomusic.ro)

Ce n’est pas la première fois que le chanteur britannico-libanais se bat contre le harcèlement scolaire. En août dernier, il avait publié une lettre ouverte dans le journal italien Il Corriere della Serra, dans lequel il racontait les actes d’homophobie qu’il avait subi depuis son enfance. Une lettre bouleversante où ce n’est plus l’homme, mais le gamin qui évoque « les bleus qu’il avait sur le visage » en revenant de l’école. Mika avait plusieurs fois évoqué le thème de l’homosexualité dans son dernier album No Place in Heaven, notamment dans Good Guys ou Last Party, dédiée à Freddy Mercury.

Son nouveau disque, paru en juin 2015, avait eu un tel succès avec plus de 80 000 exemplaires écoulés que le chanteur en a profité pour le remixer. En France, c’est le titre J’ai pas envie qui fait office de single. Entre son rôle de coach dans The Voice, celui de juré dans X Factor Italia et sa participation à la dernière pub de la SNCF où il reprenait Je chante de Charles Trénet, Mika ne s’arrête plus. Et lorsqu’il peut utiliser sa notoriété pour aborder des sujets qui lui tiennent à cœur, il n’hésite pas.

En France, le numéro gratuit « 3020 » a été mis en place pour lutter contre le harcèlement scolaire. Au bout du fil, un réseau de 250 « référents harcèlement » sont là pour aider et conseiller les victimes de harcèlement, les témoins, mais aussi les écoles pour résoudre ces situations. De même, le gouvernement a récemment lancé le site www.nonauharcelement.education.gouv.fr, toujours dans cette optique de faire cesser l’humiliation scolaire. Le principe est le même que pour le numéro gratuit, mais un ensemble de ressources pédagogiques (guides, cahiers d’activités pour le primaire et grille de repérages du harcèlement) permet en plus d’aiguiller les professionnels et les parents sur la marche à suivre.

Cassie Godin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s